Chant Grégorien - Les Tons de la Musique

couverture

Gregorian chant "Les Tons de la Musique" 

Ensemble Gilles BinchoisDominique Vellard
Anne-Marie Lablaude 
Brigitte Lesne
Catherine Schroeder 
Emmanuel Bonnardot
Willem de Waal

"Choc" du Monde de la Musique n°143
"Diapason d'Or" de Diapason-Harmonie n°369
"10" de Répertoire n°131
"Référence" de Compact n°70
"Recommandé" par Classica n°18

Digital/Digital/Digital



Prior to the reforms of the Carolingian period, western music shared both form and traditions with that of the eastern churches. However, the liturgical and musical unification of the empire led by the Franks gave a new direction to European culture : to music, of course; and also to behavior and philosophy.

One immediate consequence of these reforms was the appearance in the 9th century of three interrelated phenomena : a new type of music theory, medieval musical notation, and a wealth of poetic invention expressed in tropes and versified religious services.

Theory

At the time, music was included under a scientific academic discipline, the quadrivium. The laws governing the relationships between musical tones were studied in the same way as those governing mathematical relationships between numbers, and both were based on theories developed by the ancient Greeks. Harmonic relationships closely reflect these theories, and bear out early hypotheses concerning polyphony.

But theory also had to be applied in practice. During the period of reform following the break with traditional conventions, choir singers needed means to memorize the musical intervals used for daily psalms. Theoreticians solved the problem by classifying all the notes used in accompanying the liturgical repertory according to Latinized versions of the Greek terminology : protus (first), deuterus, tritus, tetrardus. The melodies on the present recording are based on this "tonal order".

Modes

This period of musical reform and classification was not, however, solely a new departure. It was also a consummation of what had gone before. The 9th century codified forms that already existed. The musical modes were rooted in classical antiquity and developed gradually in conjunction with the liturgical repertoire. A single chord formed the basis of extensions into the treble and the bass, by building on the original embellishments. The tone colour of each mode reflects its history. Since this is vocal music, the dominants serving as a focus for the text came to the forefront, influencing the musical setting and defining the modes. At a later date, modes were defined by their keynote, or tonic : D E F G. The importance of the tonic lay in its role as the pivotal note. But modes are most easily recognized by the intervals between notes (tones and semitones), by form, and by conventions of melody and embellishment. What today we refer to as "style" originated in the 9th century and was conditioned by mode. Modes subsequently underwent the succeeding developments characterising each musical period. It is interesting to note that the modes identified by Dom J. Claire as the most ancient (the modes of D and G), were also those most popular - as the modern era dawned - for music both sacred and profane (troubadours and trouvères).

Plainsong Books

Even before melodies were codified by musical notation, collections known as plainsong books presented lists of antiphons according to the order of the psalmodic notes. These books served as a memory aid to singers before the invention of modern musical notation. In the 8th and early 9th centuries, unannotated missals listed the liturgical order of the chants. The Plainsong Books indicated the musical organization.

As recently as the 12th century, lists of tone intervals accompanied tropiaries, graduals and antiphons, even those that were annotated, since at this time annotation was still a long way from being universally readable.

Retrieving plainsong
Rhythm

In the early 10th century, the plainsong books were copied at the abbey of Saint-Gall, using a system of signs indicating the rhythm. The fact this invention occurred at the famed abbey can be attributed to the presence there, in the late 9th century, of poets such as Notker. His prosody could well have been the basis for the rhythmic separation of the neumae. The existence of other systems of rhythmic notation (letters indicating augmentation or diminution, additions - episemes - or modifications) confirms the fact that Saint-Gall served as a breeding-ground for this type of effort, one that probably went through several stages. The contemporary Laon system of notation, also including referential rhythmic indications, constitutes a different, more concise, and more effective code.

Melody

Although a knowledge of this notation provides means of retrieving relatively accurate rhythms for these collections, retrieving the melodies poses a problem that will probably never be solved. This is not only due to the condition of the source materials, but also to the very means by which melodies were transmitted in the Middle Ages.

Melodic notation was as approximate as rhythmic notation, with only the direction (up or down) given. The earliest manuscripts still legible today were annotated in southwestern Europe during the second half of the 11th century. The result is an unavoidable disparity when it comes to retrieving both rhythm and melody. The disparity is first of all geographic : the rhythmic notation is from the East (Laon or Saint-Gall); the melodic from the West. The disparity is also chronological : manuscripts not deciphered in the East until the 12th century do not carry exactly the same rhythmic notation as that indicated in the same areas during the 10th century.

Faced with this dilemma, musicologists have attempted to establish reliable critical editions of the melodies, based on comparisons of manuscripts from various different traditions. But, in the process, they create wholly new melodies, which are products of 20th century musical scholarship, but may never actually have been sung in the Middle Ages.

Furthermore, the Middle Ages were not as homogeneous as some 20th century scholars would like to think. It is therefore preferable to select the melodic lesson from a manuscript with a specific geographic and historical locus, and to use it alone (in this case, the Albi gradual, heId at the Bibliothèque Nationale, Paris). It is from this manuscript, and its accompanying Gradual and Plainsong Book, that we have taken the psalmodic forms for the introit antiphons. This choice naturally does not rule out, however, the possibility of copyists’ errors.

Interpretation

Wouldn't it be fascinating to have vocal recordings of Isidore of Seville (6th century) or Guillaume of Volpiano (11th century)? The former expressed regret at not having a system of musical notation, and the latter had a compendium copied out of all the musical intervals he used, in order : known today as the Dijon Plainsong Book. The problem now is to assign notes to them. To help us in our task we have manuscripts which describe with great precision the rhythmic relationships and the ornamentation, but which are silent regarding tempo and key. This is why Dominique Vellard has called on classic occidental and oriental musicologists for insights into the common elements found in all music transmitted through oral tradition. The notation used for Gregorian chant indicates embellishments such as echo-effects and embroidery, but does not tell us what the actual notes were. However, by studying orally-transmitted folk music, performers can learn the tone colourings used in medieval liturgical music, while at the same time using the written indications that have come down to us to keep it free of contamination by conventions proper to other, similar but distinct, liturgical traditions.

Text after Marie-Noël Colette original

Bibliography
J. Claire "Les Répertoires liturgiques latins avant l'octoechos'', in Etudes grégoriennes XV, 1975.
E. Cardine "Sémiologie grégorienne", in Etudes grégoriennes XI, 1970.
M. Huglo Les Tonaires, Paris, Société française de musicologie, 1971.

The melodic lessons are taken from the Albi Gradual, Paris, Bibliothèque Nationale, Latin 776, and the prose from the Saint-Yrieix Tropiary, Bibliothèque Nationale, Latin 903. The rhythmic lessons are from the Laon Manuscript, Bibliothèque Municipale 239, and from the Saint-Gall (Stiftsbibliothek 359) and Einsiedeln (Stiftsbibliothek 121) Manuscripts, (Editions Paléographique Musicale, Vol. X, Vol. IV and 2nd serie Vol. Il transcribed in the Graduale Triplex, Solesmes, 1979).


Ensemble Gilles binchois, Dominique Vellard

photo

It was in the choir of Notre-Dame de Versailles, where he sang as a child, that the main lines underlying all his musical activity became clear to Dominique Vellard. His choirmaster, Pierre Béguigné, trained at the Niedermeyer School, passed on his passion for Gregorian chant, Renaissance polyphony, the French masters of the 17th century, organ music and Bach chorales. After an obligatory stint at the Versailles Conservatory, he soon found himself confronted with a new manner of interpreting Baroque music, led by the generation of "harpsichordist-conductors" of the 1970s.

Interested by the way that the interpretation of the Baroque repertoire was being called into question, but somewhat alarmed by the presumption of the participants in this evolution, he preferred to devote most of his activity to the interpretation of music of the Middle Ages and Renaissance that fascinate him and in which he is free to express his aesthetic choices. Aware that professionals and listeners alike aspire to more personal readings of these repertoires, he now strives for a more lyrical and contrapuntal interpretation of 17th and 18th century music.

The Gilles Binchois Ensemble,

founded in 1978, bears the hallmark of a group dedicated to the discovery and interpretation of music from the Middle Ages. Unaffected by fads or fashions, the group has remained completely loyal to its objectives, which include close study of the various repertoires (especially French) and of their relationship with music of the oral tradition, study of different types of notation, and an attempt to achieve the vocal and instrumental tones appropriate to these repertoires.

The Ensemble has deliberately chosen to accept only those engagements which fit in with the goals it has set itself, devoting the time required for research and preparation of the programs offered. This self-imposed discipline may have slowed development of the group's public image, but it has fostered the maintenance of extremely valuable contacts and privileged relationships with musicologists, instrument makers and record companies who have nourished and stimulated the group's creative work.

In the course of the last ten years, the arrival of numerous specialized artists of different nationalities has enriched the quality of the Ensemble. The Gilles Binchois Ensemble has received public recognition throughout Europe as the result of its recordings, tours and concerts (Belgium, Germany, Great Britain, Holland, Switzerland as well as Hungary, Baltic Countries, Poland, Czechoslovakia with the help of the Association Française d'Action Artistique and the Ministry of Foreign Affairs). In France, the Ensemble is subsidized by the Conseil Régional of Burgundy and the Direction Régionale des Affaires Culturelles of Dijon.

for this album the vocalists of the Gilles Binchois Ensemble are :

Anne-Marie Lablaude 
Brigitte Lesne
Catherine Schroeder
Dominique Vellard 
Emmanuel Bonnardot
Willem de Waal


tracks

Premier ton. Authentus protus

Introït : Statuit ei Dominus
Graduel : Miserere mei Deus - Verset : Misit de celo

Deuxième ton. Plagis protus

Introït : Dominus illuminacio mea
Offertoire : Benedicite gentes - Verset : Lubilate Deo omnis terra - Verset : In multitudine

Trosième ton. Authentus deuterus

Introït :Tibi dixit
Offertoire : Filie regum - Verset : Eructavit cor meum - Verset : Virga recta est 

Quatrième ton. Plagis deuterus

Introït : Reminiscere miserationum
Alleluia - Verset : Excita Domine - Prose : Qui regis sceptra

Cinquième ton. Authentus tritus

Introït : Circumdederunt me gemitus mortis
Graduel : Bonum est confiteri Domino - Verset : Ad adnunciandum

Sixième ton. Plagis tritus

Introït : In medio ecclesie
Offertoire : Domine, in auxilium - Verset : Avertantur retrorsum

Septième ton. Authentus tetrardus

Introït : Viri Galilei
Alleluia - Verset : Pascha nostrum - Verset : Epulemur

Huitième ton. Plagis tetrardus

Introït : Domine ne longe
Trait : Adtende celum


Review

"Chocdu Monde de la Musique n°143 :

Sous un titre explicite, ce disque reproduit à échelle réduite les procédés d'ordonnancement de l'un des types les plus passionnants de recueils de chant médiéval, les tonaires. Disposées selon leur ton (et non pas selon leur fonction liturgique ou la chronologie), les pièces y apparaissent évaluées à la mesure d'un principe abstrait : celui du ton dans lequel elles évoluent. Bien loin de nos conceptions modernes de tonalité, ces tons se définissent certes par des critères objectifs (présence de notes finales et de teneurs, ou notes principales), mais aussi et surtout par une manière d'occupation de l'espace sonore propre à chacun qui leur donne une couleur particulière.
S'il semble superflu de s'étendre sur la pertinence d'un tel projet, il est en revanche nécessaire de souligner une fois de plus la remarquable qualité du travail de l'Ensemble Gilles Binchois qui, tout comme dans ses enregistrements précédents, donne à entendre le fruit d'une conception mûrie et élaborée avec le plus grand soin du détail comme de l'ensemble. Pour rendre l'auditeur sensible à des données somme toute assez théoriques, chaque ton a été représenté par deux uniques pièces, permettant ainsi de mettre en valeur le passage d'un groupe modal à l'autre sur de brèves périodes. Quant à l'interprétation proprement dite, on en connaît désormais bien les principes : elle repose sur une analyse très fine des notations neumatiques des monodies afin de donner à chaque note le poids rythmique et fonctionnel qui lui convient; à quoi fait suite le travail de synthèse qui vise à former sur la base de toutes ces données une unité cohérente d'exécution. L'attention particulière portée à cette deuxième étape marque la plupart des réalisations de Dominique Vellard, mais semble avoir gagné un degré encore supérieur d'intériorisation : tout le travail de sémiologie se dissimule ici derrière le plus grand naturel, y compris dans les points les plus délicats. Un mot de la présentation, superbe et didactique à souhait, qui ne contribue pas peu à faire de ce disque un régal de l'esprit, tant pour les connaisseurs avisés que pour ceux qui désirent aborder ce répertoire avec la possibilité d'en saisir les rouages les plus secrets. - Marc Desmet


"Diapason d'Orde Diapason-Harmonie n°369 :

Ce disque est le plus excitant des retours aux sources, qui s'efforce de nous offrir une image toujours fidèle au plus près du grand mouvement de réformes et de théories ayant rendu possible, à l'époque carolingienne, l'émergence d'un nouvel ordre liturgique en Occident, "afin de donner aux exécutants le moyen de retenir l'ordonnance musicale présidant au chant quotidien de la psalmodie".
Ce fut là précisément, nous explique la savante notice de Marie-Noëlle Colette (comme toujours avec les disques de l'Ensemble Binchois le texte de présentation de l'album est un modèle de musicologie appliquée, pour le profit du plus grand nombre), le rôle des 
tonaires. Une méthode de classification, si l'on préfère, des modes ayant régi, depuis la plus haute antiquité, la composition des répertoires où, d'une "unique corde de récitation", plusieurs modes ensuite apparaissent, "par élargissement de l'étendue vers l'aigu et le grave et par structuration de l'ornementation primitive".
Ce qui permet de reconnaître un mode, qu'il soit en 
ré, mi, fa ou sol, c'est, bien entendu, la combinaison des intervalles (relations des tons et demi-tons) et ce que Marie-Noëlle Colette appelle très heureusement "sa manière d'être" (c'est-à-dire ses habitudes mélodiques et mélismatiques). Bref, c'est, en quelque sorte, le style qui ici a porté et formé la modalité.
Longtemps (jusqu'au XIIe siècle), la liste des 
tonaires va ainsi accompagner les tropaires, graduels et antiphonaires, même pourvus de notations, jusqu'à ce que celles-ci aient acquis une intelligibilité suffisante pour la lecture. Reste que, pour rendre vie aujourd'hui à ces inventaires vénérables, il faut traduire en clair dans le chant les signes permettant une organisation crédible, tant de la mélodie que de la rythmique, les risques étant à la fois géographiques (choisir par exemple le rythme à l'Est - Laon ou Saint-Gall - et la mélodie à l'Ouest) et chronologiques (des manuscrits, lisibles à l'Est, seulement au XIIe siècle, ne rendant plus tout à fait compte des pratiques rythmiques notées dans les mêmes régions, au Xe siècle).
En tout cas, le travail de Dominique Vellard me semble actuellement sans rival pour retrouver tous ces repères et les ranimer par des sons. Prenant toujours le recul souhaitable vis-à-vis des sources utilisées (car si les manuscrits indiquent avec précision les relations rythmiques et la place des ornements, "ils gardent par contre le silence sur la quantité dudit rythme et la qualité des sonorités"), il fait appel, dans son équipe, au savoir d'interprètes traditionnels, à la fois occidentaux et orientaux, capables d'assumer "ces universaux qui traversent toutes les musiques de tradition orale". Et le résultat est là, qui parle de lui-même, avec un plain-chant "dégraissé", et réveillé radicalement au niveau des timbres et des effets (ornements tels que répercussions et broderies, traits de cantillation en déchant). Cela parce que ce compact reprend à son compte "sur le terrain", si l'on peut dire, l'enseignement vocal des musiciens traditionnels porteur des couleurs - et des différences - spécifiques des chants liturgiques du Moyen-Age.
 - Roger Tellart
Technique : 9/10. Prise de son équilibrée, cohérente et transparente.


"Référencede Compact n°70 :

L'Ensemble Gilles Binchois, dirigé et animé par Dominique Vellard, a réalisé la résurrection d'inestimables trésors liturgiques de l'époque carolingienne, dont le déchiffrage pose de sérieux problèmes aux interprètes actuels. Dans une excellente (et élégante) notice, Marie-Noël Colette apporte quelques explications fort utiles. Sur les "Tonaires" par exemple : "Avant même que ces mélodies n'aient trouvé leur traduction graphique dans les signes de la notation, des recueils appelés tonaires ont présenté des listes d'antiennes dans l'ordre des tons psalmodiques. Ils offraient ainsi, avant les premiers signes d'écriture, une aide à la mémoire des chantres. Ce sont les premières notations musicales. Au VIIIème et début du IXème siècle, des sacramentaires non notés présentaient l'ordonnance liturgique des chants. Les tonaires se chargeaient de l'organisation musicale".
Tout comme dans leurs précédentes réalisations, les admirables chanteurs de l'Ensemble Gilles Binchois (ensemble "laïc") redonnent vie à ce très ancien répertoire, avec un enthousiasme et une science étroitement mêlés. Jamais le sérieux de la démarche n'alourdit la conception de l'interprétation. Les voix splendides des six solistes s'épanouissent avec une rare homogénéité: Anne-Marie Lablaude, Brigitte Lesne, Catherine Schroeder, Dominique Vellard, Emmanuel Bonnardot, Willem de Waal. Un grand disque. - Jacques Di Vanni
Technique : 5 étoiles. Superbe restitution, précise, définie, mais dans une atmosphère réverbérée et très naturelle. Excellents timbres.

 
"10de Répertoire n°131 :

HARMONIC CLASSICS (Records) Le retour tant attendu
L'un des plus beaux labels de l'histoire du disque avait disparu... Harmonic Classics renaît aujourd'hui de ses cendres et quitte les rives d'Evian pour les embruns bretons... Pour ceux d'entre vous qui s'intéresseraient depuis peu à la chose enregistrée, il est important de présenter le concept d'Harmonic. Cela pourrait s'intituler "la plus belle chose dans le plus bel écrin". Un disque mitonné par François-Dominique Jouis n'est pas un "produit" comme un autre; c'est aussi un objet esthétique. Le plus grand soin et la plus grande inventivité ont présidé à la réalisation de la pochette, voire du boîtier (cf. la profondeur du noir de celui de l'Office des Ténèbres de François Couperin). Si aujourd'hui Glossa en Espagne ou Symphonia en Italie nous ont habitué à trouver de "beaux" disques ailleurs, il ne faudra jamais oublier que François-Dominique Jouis fut un pionnier en la matière. Et comme il a aussi du flair, le contenu est très fréquemment aussi beau que le contenant. Harmonic Classics peut ainsi s'enorgueillir d'une véritable moisson de "10" de Répertoire, mais aussi de la découverte de talents déterminants : rappelez vous l'organiste Kei Koïto dans Carl Philipp Emanuel Bach ou Gérard Lesne dans le Stabat Mater de Vivaldi, ainsi que l'Ensemble Gilles Binchois...
... Grands pourvoyeurs de beaux disques au sein du label Harmonic, Dominique Vellard et l'Ensemble Gilles Binchois se voient honorés par cinq rééditions, toutes majeures. Il y a la bouleversante et incontestable Messe de Notre-Dame de Machaut, l'un des plus beaux disques du catalogue ("10" de Répertoire, N° 38, HCD 8931), que l'on complétera avec deux CD sur une époque antérieure, consacrés à l'Ecole Notre Dame (1163-1245). Le premier reprend les manuscrits de Florence et de Wolfenbüttel (HCD 8611), le second s'attache au rayonnement de l'Ecole, avec des manuscrits de Florence, Las Huelgas et Montpellier, la moitié du programme étant consacrée à Pérotin (HCD 9349). Ces deux CD méritent leur "10" de Répertoire, le second ayant été attribué dans notre N° 82. Le plus beau disque de Chant Grégorien est peut-être bien ce "Tons de la Musique"... Ce n'est certainement pas participer à une inflation éhontée que de transformer le 9 attribué dans notre N° 35 en un très évident "10" de Répertoire (HCD 8827), exercice que l'on opérera aussi sans crainte, par rapport à la note attribuée dans notre N° 68, pour "Les Escholiers de Paris", un programme de Motets, Chansons et Estampies du XIIlème siècle, qui complète parfaitement les deux CD de l'Ecole Notre Dame, avec un programme d'une intelligence suprême et d'une réalisation parfaite qui intéressera les mélomanes au delà du cercle des initiés de cette musique (HCD 9245, "10" de Répertoire). Le retour au catalogue de ce label était espéré : vous comprenez à présent pourquoi!


"Recommandépar Classica n°18 :

... Quel magnifique cadeau que de retrouver ce label dépositaire de somptueux trésors! Vous pourrez désormais vous délecter de titres qui, lors de leur sortie, ont été unanimement salués et récompensés. L'Ensemble Gilles Binchois et son chef Dominique Vellard ont trouvé dans la collection un terrain propice aux récompenses de leur indiscutable talent : goûtez au hiératisme des Tons de la Musique à travers le chant grégorien, aux deux florilèges de l'Ecole de Notre-Dame du XIIème au XIVème siècles et à leurs sculpturales Monodies et Polyphonies vocales et terminez enfin par les Estampies, chansons et motets des "Escholiers" venus étudier à Paris au XIIIème siècle.



Selected by "Les Indispensables" du Guide Gourmand des Musiques à l'Ancienne 
Selected by "La Discothèque Classique en 500 CD" de Classica/RTL (édition 2000)
Selected by  Le Monde de la Musique n°193 dans "La Discographie médiévale"

© 2018 Harmonic Classics