François Couperin Messe propre pour les Couvents - Pierre Du Mage Livre d'Orgue

couverture

François Couperin  
Mass for Convent Services

Pierre Du Mage
Organ-Book

Jean-Charles Ablitzer
Historical Organ of Vinçà Saint-Julien and Sainte-Basilisse Church, France 

"Choc" du Monde de la Musique n°103
"Le choc technique du mois" de Diapason-Harmonie n°334

D
igital/Digital/Digital

If we could climb aboard a time machine and travel back to the 18th century to visit a church familiar to us today, Saint-Gervais for example, we would be astounded by the differences... 

The building itself, which we think of as unchanged since if was originally built, would be scarcely recognizable. We would find if festooned with tapestries (radically altering the sound and resonance), richly furnished, decorated with gilt and brocade, all combining to conceal beneath a much more "baroque" atmosphere than the one we know today, the fundamental austerity of the church's Gothic architecture. The interior of the church would be thronged with a diverse crowd of people : priests, deacons, clerics, laymen, bell-ringers, Swiss guards, verger, and organist. In those days the demands imposed by religious ritual were unbelievably complicated. Religion at the time was highly ceremonial; we have no equivalent today, even in Rome. We would have to go to certain eastern European churches, in Poland or orthodox Russia on major religious holidays, to witness a similar spectacle in our own time. Only in countries where the liturgical tradition is still dominant and where religious services require a meticulous ritual carried out by teams of priests, acolytes, deacons and subdeacons all clothed in rich brocade and manipulating objects made of gold and precious metals gleaming in the candlelight and haze of the incense can we appreciate what our own churches must have been like in the past. And it is in the context of this religious pomp and mystery that we must situate the Masses by François Couperin or Pierre Du Mage.

Our trip in the time machine would be even more startling if it landed us back in the 18th century on a major religious holiday. A magnificent music would be playing, vying in splendour with the wall hangings, decorations, and lights, and turning the church into a vast theatre. A theatre in the literal sense of the word : sermons in those days were delivered from the pulpit by priests who were like sacred tragedians, thundering, intoning, holding their listeners spellbound with their drama and eloquence. Madame de Sevigné, a parishioner of Saint-Gervais, wrote in these terms of Chancellor Séguier's funeral oration : "He touched so adroitly on every sensitive point, he was so eloquent, so telling and so graceful, that everyone, and I mean everyone without exception, marvelled at him...". Does this sound like she's referring to a priest... or to a great tragedian? In those days, a priest was a great tragedian, and every sermon was a work of drama... 

But the surprises in store for us would not stop at the sumptuous surroundings and dramatic performance in the pulpit. Even the music would surprise us. First, because the great French motet we have grown familiar with was not by any means the sole musical form employed in the 18th century French church. The Gallican liturgy was much closer to its ancient roots than we imagine today. What we call Gregorian chant was still predominant, but it was a Gregorian chant without the angelic quality it acquired in the 19th century, at Solesmes, through Dom Guéranger and Dom Pothier : a Gregorian chant that had been worked over by many hands through the ages until it, too, had become theatre, high drama... 

The Organ Mass as practiced by French musicians of the 17th century is a specific genre governed by strict rules relating to the liturgy (religious ceremonial as prescribed by the archdiocese of Paris in 1662), prevailing traditions of organ performance, and current taste. Official ritual controlled the organist's performance, limiting his role to very short interludes alternating with the choir after each verse, at predictable points in the Kyrie, the Gloria, the Sanctus, the Benedictus, and the Agnus Dei, with the addition of the Offertoire and the Elevation of the Host. There were also specific moments when the themes of the plain chant were intoned, and these two were established by rule (Kyrie, Et in terra pax, Suscipe, Gloria Patri, Sanctus, and Agnus Dei). Tradition also specified where the fugue, the recitativo, the full organ and free pieces should occur. Lastly, the prevailing "French" style also placed different musical configurations in conjunction with specific parts of the various instruments : fugues were played on reed stops, recitativos were given to the cromorne or trumpet stop, usually in the "tenor", with the bass reed stop inevitably taking over the middle of the Gloria. It was from this rigid framework that François Couperin, Nicolas de Grigny, and Pierre Du Mage drew their masterpieces.

François Couperin's first work, the two Organ Masses published by the composer in 1689 when he was only twenty-one years old, is so strong and so mature that experts refused to believe it was his, long attributing it to the other François Couperin, the composer's uncle, then aged fifty-eight. And yet it was indeed François the Younger, known as Couperin the Great, who was responsible for the work, a fact that has since been irrefutably established. The amazing aspect of this short collection is the composer's mastery of his craft, and also the young man's authority in assuming an entire musical tradition, purifying and renewing it without betraying it, varying it without reducing or attenuating it. Here is a first effort that is not just a masterstroke, but also a seminal piece that along with Nicolas de Grigny's Organ Book has influenced all French organ music since.

The Mass for convents and monasteries differs from the Parish mass both in form and in spirit. Its dimensions are reduced and it does not require a large instrument. Curiously, there is no liturgical plain chant in it at all. It is likely that in convents and monasteries the directives of the archdiocese of Paris did not have to be applied with the same strictness. Also, the convents of the time, la Visititation,le Val-de-Grâce which were frequented by the Queen, and l'Oratoire, where people went to hear good sermons, were not always as strict as the conception we have today of the religious life. The music for this second mass has something more agreeable about it, more relaxed, almost worldly. This does not in any way imply that the mass is more superficial, however. Il follows exactly the same plan as the first, with the stops out in the same spots, fugues on the reed stops, duos and trios with a lighter touch, occasionally looking forward to the composition of certain two or three voiced motets. In the fourth verse of the Gloria, the trumpet assumes a sort of relaxed grace occurring completely unexpectedly. And the recitativos, the tenor stop in the Gloria, the third in the Elevation plunge us anew in the almost lyrical effusion we find the symmetrical pages of the Parish Mass.

Pierre du Mage (1674-1751), Organ-Book

Pierre du Mage was an organist all his life (at Saint-Quentin, where he had an admirable Cliquot to play on, at Laon, and at Notre-Dame in Paris) but left behind only one slender collection of organ pieces published in 1708 under the title "First Book". To our Knowledge there was never a second. Du Mage's father had been the organist at the Beauvais cathedral, and he was a pupil of Marchand's. The collection contains most of the forms used by Couperin (full stop, French fugue, tenor third, bass trumpet, duo, trio, etc.) which are the forms employed for all French organ music of the time. Du Mage is not unworthy of his illustrious contemporary. His themes are original, the fugues more tightly constructed than usual, the trumpet stops as brilliant and the full stops (particularly the final one) majestic and full. The tenor third is reflective and slightly melancholic ; here, where Couperin shows himself a true poet, we find that Du Mage was no less so.

Philippe Beaussant
de l’Académie Française

 

Jean-Charles Ablitzer

photo

Born in 1946 and attracted early in life by the organ, Jean-Charles Ablitzer was self-taught before enrolling in the Strasbourg Conservatory, where he studied under Pierre Vidal. In 1971 he won the post of organist at Saint-Christophe Cathedral of Belfort, home of the great Valtrin-Callinet organ restored by Kurt Schwenkedel of Strasbourg. The same year he was also named professor of organ at the Belfort Conservatory.

J.C. Ablitzer's extensive knowledge of baroque music and instruments conditions the rigorous discipline of his style, which reflects the principles described in learned treatises; his personal discoveries regarding registration, articulation and phrasing; and his research into antique organs (construction materials, keyboard and pedalboard configuration). Jean-Charles Ablitzer is an ardent chamber-music performer, and has participated in numerous baroque ensemble concerts and recordings.

The high quality of Ablitzer's recordings (Bach, Couperin) has received ample praise from the critics : "…Playing a superb Catalan instrument with the characteristic Iberian nasality, Ablitzer constructs a glittering monument resounding with vast incandescent figures. Phrasing, registration, and digital dexterity are stunning. No one since Chapuis has played Couperin this brilliantly…" (from a review by Jean-Luc Macia).

Ablitzer's two recordings of François Couperin Masses were ranked by the monthly review "Le Monde de la Musique" as among the ten best classical recordings of 1987.
"…Jean-Charles Ablitzer's abilities as a colourist enable him to etch the smallest details of a tormented work that eschews comfortable harmonies and banal equilibrium, and to confront its most lyrical effusions with aplomb. This "Complete Works" (Buxtehude) in progress is devilishly promising…" (from a review by Paul Meunier).

"…But never fear; the Belfort organist doesn't drag Brahms over the borderline into austere pedantry. He remembers the lesson this composer learned during his long stay in Vienna, the importance of smooth flow and sunny declamation : here is a recording flooded with just that Viennese spirit…" (from a review by Xavier Lacavalerie).

"…his fervour is enough to draw tears from a stone, but it is his exuberance and joy that fulfil the crucial role of restoring to Titelouze's music its original sharp brilliance and dazzling verve. The centuries fall away, the musical themes engage with each other like flashing swords of light…" (from a review by Paul Meunier).

"…dedicated to Georg Boehm, known for having influenced the great Bach, his works, it is now proven, deserve their own success. To the glowing chorales, Monique Zanetti lends her pureness and ecstatic innocence, while Jean-Charles Ablitzer offers glory and enlightenment.” (from a review by Paul Meunier).

"…he is well aware of the recent musicological evolutions, his application of which is extremely seductive… He is not the prisoner of any fashion in his choice of tempi, phrasing, or registration. On the contrary, he is constantly inspired, proposing innovative solutions with every page." (from a review by Francis Albou /J.S. Bach, Organ works in Goslar).

 

photo

tracks

François Couperin  
Messe propre pour les Couvents de religieux et religieuses

Kyrie

Plein jeu
Fugue sur la trompette
Récit de chromhorne
Trio à deux dessus de chromhorne et la basse de tierce
Dialogue sur la trompette du grand clavier et sur la montre, le bourdon et le nazard du positif

Gloria

Plein jeu
Petitte fugue sur le chromhorne
Duo sur les tierces
Basse de trompette
Chromhorne sur la taille
Dialogue sur la voix humaine
Trio. Les dessus sur la tierce et la basse sur la trompette
Récit de tierce
Dialogue sur les grands jeux

Offertoire sur les grands jeux

Sanctus
Premier couplet du Sanctus
Récit de cornet
Elévation. Tierce en taille

Agnus Dei

Agnus Dei
Dialogue sur les grands jeux

Petit plein jeu. Deo Gratias


Pierre Du Mage  
Livre d'Orgue

Plein jeu
Fugue
Trio
Tierce en taille
Basse de trompette
Récit
Duo
Grand jeu

 

REVIEW

Selected by "The Good CD Guidede Gramophone UK :

Couperin wrote and published his two organ masses early on in life. They comprise his complete Pièces d'orgue and were issued in 1689. The Masses consist of organ music for the liturgy; the Parish Mass is the grander of the two and was intended for use on important church feast days. The Couvent Mass, as its title implies, is more intimate in character and shorter in length. In this recording plain-chant interpolations indicated for use in conjunction with the Parish Mass have been included as well as a substantial Easter introit which introduces the Mass. Couperin's music does not intrinsically suffer if the plain-chant is missing but its eloquence is greatly enhanced by the punctuation imposed by its presence. Jean-Charles Ablitzer, an organist with a feeling for the elusive qualities of French baroque style, plays two magnificent instruments. For the Parish Mass he has chosen the famous organ in the Basilica at Carcassonne, for the other an organ at Vinçà in the Pyrénées... The recording is thrillingly resonant, capturing the distinctive idiom and colours of the French baroque organ school.


"Chocdu Monde de la Musique n°103 :

Aux alentours de 1660, la musique d'orgue subit une complète transformation. A la polyphonie serrée, aux grandes architectures d'un Titelouze, par exemple, succède un art moins austère, moins didactique aussi, qui s'annexe progressivement des éléments venus de l'extérieur : la danse, en effet, pénètre alors les œuvres instrumentales et la suite pour orgue fait son apparition à l'église avec une alternance de mouvements lents et vifs - Grand Jeux, Pleins Jeux, Duos, Trios... - auxquels se mêlent des Récits tout droit issus de l'opéra et chantés en taille (au ténor) par des tierces, des hautbois, des cromornes ou des voix humaines. Mais le luth et le clavecin ont aussi contribué à introduire à l'église des procédés d'écriture empreints d'une certaine préciosité, et d'une grande agilité ornementale.
Louis Couperin, l'oncle de François "le Grand", avait su à la fois rester fidèle à l'antique formule du verset polyphonique fondé sur un plain-chant, tout en faisant preuve d'une grande audace à travers des recherches (durezze) d'allure franchement frescobaldiennes, ou par le truchement de basses de cromorne, de basses de trompette, ou de récits de cornet. Ainsi toute une école d'organistes avait-elle vu le jour, inaugurant une nouvelle manière, un art de la couleur et du pittoresque. Cette école, celle des Nivers (organiste à Saint-Sulpice), Lebègue (Saint-Merry), Gigault (Saint-Nicolas-des-Champs), Raison (Sainte-Geneviève), n'engage-t-elle pas l'organiste sur une voie quelque peu étrangère à sa mission dans la liturgie?
C'est peut-être parce qu'il pressentait ce danger que François Couperin, dans sa Messe à l'usage des paroisses, et dans celle propre pour les couvents, présente deux conceptions en superposant deux esprits. En effet, à l'instar de son oncle Louis - mais en un langage beaucoup plus souple - François Couperin fait se côtoyer des thèmes grégoriens paraphrasés sur des pleins-jeux, et des fugues de conception liturgique, avec des pages plus libres dont certaines évoquent même la Suite "à la française", mais qui ne tombent jamais dans la préciosité ou la mondanité qu'adoptaient maints duos ou trios de ses collègues.
En 1689 - il a tout juste 21 ans - François Couperin voit d'un coup la vie s'ouvrir devant lui lorsqu'il est nommé titulaire de l'orgue de Saint-Gervais. En cette même année, il publie sa première composition, deux Messes qui marquent l'aboutissement de ses études et le début de sa carrière. La page de titre de ces Messes - elle fut seule imprimée, la musique étant copiée à la main - est ainsi libellée :

"Pièces d'orgue
Consistantes en deux Messes
L'une à l'usage ordinaire des Paroisses
Pour les Festes solemnelles.
L'autre propre pour les Couvents de Religieux et Religieuses.
Composées par F. Couperin, Sieur de Crouilly
Organiste de Saint-Gervais."

Le Privilège Royal, publié en titre des Messes, est suivi d'un certificat de Lalande, surintendant de la musique : "Je certifie, dit Lalande, avoir examiné les présentes pièces d'orgue du Sieur Couperin, que j'ai trouvées fort belles et dignes d'être données au public." Rien ne pouvait sans doute être plus précieux pour Couperin, à ses débuts. que l'éloge d'un tel maître... 
La partition des deux 
Messes révèle une série de pièces courtes (vingt et une pour chaque Messe) destinées à répondre, verset après verset, au chœur des chantres. Au reste, en 1662 avait paru un Cérémonial qui fixait les moments où l'organiste devait intervenir. Les versets pour lesquels les thèmes de plain-chant étaient obligatoires (sans altérations ou ornements qui eussent embrouillé les fidèles), et même les mots qu'il convenait d'évoquer avec douceur "pour stimuler la dévotion des âmes"
Bien sûr, les deux 
Messes sont différentes dans leur esprit même, tant leur destination est différente. La Messe à l'usage des paroisses est plus longue et plus "difficile". Couperin y varie le plan tonal en utilisant cinq tonalités différentes, alors que la Messe propre pour les couvents adopte la couleur monochrome du ton de sol. L'écriture harmonique de la Messe des paroisses est plus savante et plus recherchée : le compositeur conclut ses versets sur la sensible ou la dominante du ton principal - pour bien marquer l'enchaînement avec le verset suivant - alors qu'on retombe toujours sur la tonique dans la Messe des couvents. Notons, par ailleurs, que la Messe des paroisses adopte des rythmes variés (2/4, 3/8, 12/8) avec des pièces brillantes et une virtuosité certaine. Elle s'oppose, en cela, à la Messe des couvents qui reste constamment attachée au rythme binaire. La première Messe s'adressait à une brillante assemblée de fidèles; la seconde, pour les couvents, exigeait davantage d'austérité : Couperin a su magnifiquement répondre aux exigences spécifiques de deux "publics" aussi différents.
La place faite à la tradition, où se situe-telle dans ces deux 
Messes? D'abord, l'auteur puise à la source du répertoire liturgique, notamment lorsqu'il répond au Kyrie-Gloria et à l'Agnus. Selon la tradition ecclésiastique. la Messe des paroisses contient, précisément, des paraphrases de plain-chant. Comme Titelouze ou Lebègue, Couperin traite le plain-chant en taille ou à la basse. Mais dans le Kyrie, tout comme dans le développement de ses fugues, il semble se rattacher davantage à la tradition de l'écriture polyphonique horizontale chère à Titelouze. Mais c'est à la manière de Lebègue, cette fois, que Couperin introduit duos, trios, récits au sein de cette suite de versets.
Mais la nouveauté et l'innovation sont également des règles constantes chez Couperin. Ce que nous apportent ses pièces d'orgue, c'est une perpétuelle confrontation de deux styles, de deux écoles, l'italienne et la française. C'est que l'année même où il publie ses deux 
Messes, l'auteur se met à composer Six sonates à trois suscitées par la découverte de Corelli.
Et l'héritage italien apparaît dans la continuité des développements, le goût pour les constructions symétriques, la souplesse des modulations : ainsi, fréquemment, au lieu d'affirmer le thème choisi dans la tonalité principale, Couperin, en "moderne", commence à moduler dès l'introduction sans même laisser à l'oreille le temps de s'habituer à une tonalité déterminée. De l'Italie, Couperin adopte aussi une certaine science de l'écriture (canons avec pédale à deux parties), la recherche de la couleur par l'utilisation des contrastes entre majeur et mineur (
Offertoire de la Messe des paroisses), ou encore l'adoption de la sonate à trois chère aux Italiens, particulièrement dans les Trios à deux dessus de cromorne et la basse de tierce.
Peut-être, il est vrai, l'attirance de Couperin pour l'art ultra-montain n'est-elle en réalité qu'un élément de sa personnalité d'artiste. Celle-ci s'impose clairement par la qualité des thèmes choisis (
Benedictus de la Messe des paroisses), par l'emploi de couleurs simples et raffinées (trompette et cornet dans le Domine Deus de la Messe des paroisses), la fermeté du rythme (Amen du Gloria de la Messe des paroisses), l'emploi d'une mélodie liée en valeurs égales (Domine Deus de la Messe des couvents), l'utilisation permanente de la marche par quarte et par quinte dans le développement d'un thème, la répétition réitérée d'un même sujet : le troisième thème, en ut majeur, de l'Offertoire sur les grands jeux de la Messe des paroisses est repris dans l'introduction de l'Offertoire de la Messe des couvents. Couperin aime aussi utiliser un thème sous sa forme directe et sous sa forme renversée : ainsi le thème en mineur du Qui tollis de la Messe des paroisses se trouve-t-il sous sa forme renversée, en majeur, dans le Benedictus de la Messe des Couvents. Enfin la justesse dans l'emploi des agréments, leur "fantaisie baroque". tout concourt ici à équilibrer la symétrie un peu rigide de la métrique et du rythme.
C'est que l'art vocal n'est jamais loin, en cette époque où triomphe la tragédie lyrique de Lully, et où l'orgue - comme le clavecin - cherche à transposer airs et récits avec de véritables vocalises et des traits de récitatif dont l'instrument à tuyaux, finalement, s'accommode fort bien. C'est précisément sur la vocabilité que semble s'être fondé Jean-Charles Ablitzer pour cette publication de la 
Messe des paroisses avec versets chantés et versets touchés sur l'orgue alternés. Et si Pierre Cochereau s'était aventuré sur le même terrain dès 1957 avec un chœur très solesmien et parfaitement obscolescent, on mesurera ici le chemin parcouru. C'est que le plain-chant baroque, contourné, de l'Ensemble Organum (formidable Marcel Pérès) impose pratiquement ses tempos et sa loi, et cette part d'improvisation qui reste la marque du "chant sur le livre" dont se sortent d'une manière à la fois révolutionnaire et exemplaire les chanteurs d'un groupe qui a déjà fait ses preuves. Jean-Charles Ablitzer, quant à lui, galbe à l'envi ses phrasés pour mieux enchaîner les versets, et cette alchimie-là tient du miracle. Son interprétation est vivante, spontanée et racée. Sa puissante personnalité imprime sa marque à une réalisation qui fera d'autant plus date que l'orgue de la basilique Saint-Nazaire, à Carcassonne, a été magnifiquement restauré par le facteur Barthélémy Formentelli qui a redonné vie avec le succès que l'on sait à l'orgue de la cathédrale d'Albi il y a quelques années.
Réalisée sur un instrument moins important (ainsi les vraies proportions sont-elles respectées!), celui, campagnard, de Saint-Julien à Vinçà, la 
Messe des couvents, sans versets de plain-chant, n'en déploie pas moins mille trésors de séduction... 
Nous tenons là, et pour longtemps, une version de référence de chefs-d'œuvre de la musique d'orgue française qui culminent, décidément, très haut.
 - François Pigeaud
Technique : 9/10.

"Les 10 disques de l'annéeélus par Le Monde de la Musique n°106 :

Jean-Chartes Ablitzer s'est tourné vers Bach et son 
Orgelbüchlein, avant de se lancer dans ces deux Messes de Couperin en une vision neuve et revigorante. Aussi mobile qu'un Chapuis ou un Isoir, avec les connaissances de ceux qui ont beaucoup lu pour mieux tout oublier, Jean-Charles Ablitzer sait rendre modernes et vivantes ces musiques qu'on croit, à tort, engoncées dans la pompe louis-quatorzienne.
Il y est aidé par des partenaires de choix. Le formidable Ensemble Organum de Marcel Pérès, d'abord, qui s'emploie si bien à tordre le cou à la tradition émasculée du grégorien revu par Solesmes et tétanisé dans ce style Exposition universelle de 1937 qui bénéficie encore de l'appui de quelques rares supporters cacochymes. On comprendra qu'ici, avec la très libre ornementation du chant sur le livre, nous sommes sur une autre planète, et que cette alternance entre versets de plain-chant et versets touchés sur l'orgue donne à cette Messe des paroisses sa vraie pulsation.
Et puis Il y a les instruments! Celui de Carcassonne, magnifiquement équilibré et un peu hautain, plus parisien, peut-être, que tout à fait méridional. Celui de Vinçà, au contraire, plus nu et plus campagnard, plus près du terroir que de la société bien élevée des capitales, fussent -elles régionales.
Il n’en a pas fallu davantage pour que ceux-là même qui n'aiment pas l'orgue, au sein de notre rédaction, tombent amoureux fous de cette réalisation d'exception. - François Pigeaud

Répertoire n°25 - François CouperinChroniqueur du grand siècle :

Première grande publication d'un jeune maître de vingt deux ans. C'était en 1690... Elles furent écrites pour dialoguer avec les versets de Plain chant, selon le Cérémonial de l'Eglise de Paris, paru en 1662. Les deux 
Messes possèdent un Offertoire sur les Grands Jeux, pièce libre en trois mouvements, calquée sur les concerti grossi italiens.
Messe propre à l'usage des couvents.
Que de contresens formulés à son sujet ! Il ne s'agit nullement de couvents monastiques, mais de couvents parisiens, comme ceux de St. Cyr, du Val de Grâce, de l'Oratoire où l'on faisait l'éducation des jeunes filles nobles, avant de les marier... Une musique radieuse, pimpante, écrite entièrement en sol majeur, où la danse pointe ses pas à chaque instant... L'écriture en est légère, gracieuse, souvent proche des pièces de clavecin.
On regrette ici de ne pas avoir de plain-chant comme dans la Messe des Paroisses. Mais le jeu merveilleusement plastique d'Ablitzer - et la saveur pittoresque de l'instrument - nous consolent de cette absence. Rarement la musique de Couperin a été jouée avec autant d'éloquence et d'expression, d'où toute virtuosité inutile est bannie. - Francis Albou
Musique : 9/10 -Technique : 9/10


"Le choc technique du moisde Diapason-Harmonie n°334 :

Juger un enregistrements d’orgue s’avère souvent délicat car la sonorité globale dépend beaucoup de l’acoustique de l’église où il est édifié. Si l’ingénieur du son place trop loin de l’instrument, sous prétexte de recréer l’ambiance généralement réverbérée des églises, la restitution manquera de netteté. Rien de cela dans cette magnifique prise de son. Dominique Matthieu a capté avec une tête artificielle ( deux microphones Brüel et Kjaer) l’orgue historique (XVIIIème siècle) de l’église Saint-Julien et Sainte-Basilisse de Vinçà avec une précision et un naturel étonnants. L’auditeur semble situé près de la tribune et perçoit parfaitement les couleurs de chaque jeu. Le son est ample, riche, mœlleux et lumineux. Il inonde le local d’écoute et crée une présence indiscutable. Cet enregistrement comblera autant les amoureux d’orgues que les audiophiles... - Philippe Venturini



  

Selected by "La Discothèque Idéale" de Flammarion/Compact

© 2018 Harmonic Classics